17 août 2010

par ici la sortie

Il est temps que mes molécules opèrent une translation provisoire vers un centre éloigné de tout, autant dire de rien,  dans une course quasi apophatique à peine teintée du désir certainement thanatique d'en finir avec le bruit assommant de cette dissociété  gorgée d'égomanie consensuelle, fuyant vainement les amorphes sicaires dispensant leur parole au service du vide. Amen. .
Posté par foxcoyote à 19:13 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

22 juillet 2010

les redif de l'été 2

  Quand elle est revenue de chez sa mère, elle a pris le canapé bleu pour dormir. Je l’entendais respirer. Ca m’aidait pas vraiment. Alors mes yeux couraient sur les branches du pin ponderosa qui se balançaient sous la lune. J'avais remis la Chevy en état pour fuir cet endroit et l’odeur de miel de sa peau blanche.  Au petit matin, je tombais sur Nick Cave à la radio. Wonderfull world. Tu parles. Le crachin sur Ocean Drive finit de m’achever. Je m’étais pourtant levé du bon pied. J’ai ramassé les gaules après... [Lire la suite]
Posté par foxcoyote à 18:21 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
21 juillet 2010

les redif de l'été 1

C’est une photo déchirée que j’essaie de recoller. Il y a des morceaux qu’ont disparu. Des bouts qui se sont échoués je ne sais où. Des bouts de bleu, des bouts de bois, des bouts d’elle, des bouts de rien. J’ai perdu un bout du bas, ici un bout du haut. Après tout je pourrai mettre d’autres bouts pour combler, ça fera toujours un tout. Un tout déglingué, un tout mal foutu mais un tout sans trous. Ou peut-être vaut-il mieux des trous sans tout. J’hésite… .  
Posté par foxcoyote à 11:14 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
16 juillet 2010

clinamen 2

Cultiver son jardin... .
Posté par foxcoyote à 12:44 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
16 juillet 2010

clinamen

A l'image de notre bon président, entrevu lors d'une guignolade pujadastique, notre monde accélère son instabilité. Paradoxalement, c'est cette instabilité inaugurale qui permet au monde d'exister et face à cette épreuve de précarité, Lucrèce nous conseillerait de ne pas paniquer. La réponse c'est la distance, le clinamen. C'est l'écart face aux événements qui est fertile. Mais sous l'avalanche d'informations, la surmultiplication des images, on étouffe et notre clinamen est en péril. Si toi aussi, lecteur, tu veux sauver ton... [Lire la suite]
Posté par foxcoyote à 11:08 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
04 juillet 2010

j'expire

Et comme dirait Shakespeare :  Tout est absurde. Plus rien n'est à sa place....
Posté par foxcoyote à 12:10 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

03 juillet 2010

piano

Aujourd'hui, la vitesse réduit le monde à rien....
Posté par foxcoyote à 23:41 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
27 juin 2010

désaccord parfait

Appelons-le H. Il rentre du collège et s’adresse à sa mère.-M’man, on m’ a piqué mes chaussures de sport au cours de gym !-Ben, tu l’as pas dit à ton prof ?-Si, il a fait ouvrir tous les cartables mais M., il a pas voulu ouvrir le sien et le prof il a pas le droit de le forcer.-Bouge pas, j’y vais…La mère de H., c’est I. C’est ma collègue. I. faut pas la faire chier. Dans ce boulot, si tu te laisses marcher dessus, tu prends un abonnement pérenne pour Prozac ou Zoloft.Rencontre avec le principal d’un collège, sans trop d’histoires,... [Lire la suite]
Posté par foxcoyote à 13:11 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
23 mai 2010

classico 4

-Tu peux m’offrir un verre ? Tu dois bien avoir deux ou trois caisses de Buondonno ?Exactement trois. Harmonieusement disposées entre quatre caisses de livres.-Tu sais lui répondis-je, la dernière fois dont je me souviens avoir bandé, c’était dans un rêve.-Ca n’a pas été très difficile de te retrouver.-Ca fait quand même dix mois que je suis là.-Mais quarante-huit heures que je te cherche.-Et t’as parcouru mille trois cents kilomètres pour ça ?-Chiesanuova n’a qu’un hôtel. Ils m’ont dit tout de suite  où tu logeais.J’allais... [Lire la suite]
Posté par foxcoyote à 18:52 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
20 mai 2010

classico 3

Certes, j’entendais bien ne pas céder un pouce sur le terrain eucharistique de la chute. J’avais l’intention de choir, je cherrai jusqu’au bout et ses larmes n’y pourront rien changer.Ces derniers mots, avant que la porte ne claque, étaient pour dénoncer mon pessimisme chevillé au corps alors que je ne faisais rien de plus que lire les journaux. Quand vous lisez ces lignes, dans la rubrique économique des pages du Figaro, rapportant les propos de Christine Lagarde, nous indiquant que le mouvement boursier que l’on observe... [Lire la suite]
Posté par foxcoyote à 00:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]