08 août 2012

version originale

  En paraphrasant piètrement Hölderlin, j'essayais, mais sans risque, de chercher à piéger quelque éclat dans mes mains désorientées. Finalement, j'avais décidé de survivre, sans grand enthousiasme, errant dans les couloirs souterrains, parcourant les artères, en voie de stase définitive, de la cité taquinant le futur en ruine qui s'annonçait, afin de me rendre, très prosaïquement, à une quelconque exposition d'art contemporain flirtant comme d'hab avec le foutage de gueule. La houle des piétons finit toujours par me flanquer... [Lire la suite]
Posté par foxcoyote à 17:23 - - Commentaires [4] - Permalien [#]