12 octobre 2009

haleine

cassu53B

Un jour, je n'étais pas grand mais suffisamment pour approcher mon visage du chèvre-feuille. Je crois savoir sentir toutes les odeurs, celles des courants d'air, la bêtise, la peur et les portes ouvertes.
Tous les murets regorgent de souvenirs d'enfance.
J'aurais bien aimé courir jusqu'à la baie. Dévaler la pente. Mais c'était défendu.
Alors je me suis retenu comme on écoute le vent sans rien laisser paraître.
C'est à perdre haleine que plus rien ne me retient sinon plonger ma figure entre les seins d'elle.

.

Posté par foxcoyote à 19:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur haleine

Nouveau commentaire